lundi 11 décembre 2017

Les réseaux continuent de se transformer

Selectour continue dans sa lancée concernant le développement de ses activités. Le pionnier du réseau d’agences de voyages investit beaucoup dans de nouvelles expériences clients. Son adhérent Marietton Développement a d’ailleurs racheté Havas Voyages en 2016. Un événement très marquant pour le réseau si l’année dernière a été considérée comme une étape de transition pour la distribution. L’année 2017 est toutefois dynamisée par le retour des clients en agences.

 

Les raisons d’un bilan négatif

Le bilan réalisé par Les Entreprises du Voyage montre que les agences ne sont pas parvenues à afficher complet. En effet, un recul de -5,3 % a été enregistré pour le nombre de passagers sur toute l’année 2016 en raison des départs des clients. Le volume d’affaires a également reculé de -3,9 % par rapport à l’année 2015 qui était déjà une année assez mauvaise pour le réseau. Divers facteurs ont contribué à ces baisses comme les attentats qui ont eu lieu à Paris en novembre 2015 suivis de ceux survenus à Nice en juillet 2016.

L’un des facteurs défavorables pour le réseau est aussi l’instabilité géopolitique dans quelques destinations notamment dans le bassin méditerranéen (Tunisie, par exemple). Les autres éléments néfastes sont plus structurels, mais qui font perdre aux réseaux traditionnels des parts de marché considérables. Les réseaux physiques sont également impactés par le changement de comportement des consommateurs lors de leurs recherches de vacances en optant pour les agences en ligne.

Même si les réseaux sont restés impuissants face à cela, nombre d’entre eux ont toutefois réagi comme Havas Voyages qui s’est armée d’une nouvelle stratégie digitale. Ayant enregistré 861 M€ de volume d’affaires en 2016 contre 920 M€ l’année d’avant, le réseau accélère sa transformation afin de renouveler l’expérience client. Marietton Développement a fait d’une pierre deux coups en rachetant Havas Voyages.

Cela lui a permis d’être projeté à la première place dans le domaine de la distribution tout en gagnant en force pour ce qui est des négociations chez Selectour. Marietton Développement compte également rajeunir son image par la même occasion et attirer ainsi davantage de consommateurs qui n’ont pas eu l’habitude de privilégier un « Travel Planner » lors de la réservation de leurs vacances.

 

La transformation des agences

Depuis plusieurs années, les réseaux, qu’ils soient intégrés ou volontaires, s’appliquent à transformer leurs points de vente en aménageant plus d’espace chaleureux et lumineux tout en les équipant d’écrans tactiles, de tablettes et de mobilier plus design, incitant ainsi les clients à venir dans leurs locaux. En effet, les agences qui ont procédé à la rénovation de leurs points de vente font augmenter le panier moyen, comme chez Havas Voyages avec 20 %, et le volume d’affaires (de +15 % chez Leclerc Voyages).

Certains réseaux, faute d’accroissement de leur périmètre, investissent plusieurs millions d’euros par an pour que leurs agences connaissent une transformation. Toutefois, d’autres ont poursuivi leur acquisition comme Univairmer – qui a récemment lancé son programme d’affiliation et racheté 10 agences Aix Voyages – et Marietton Développement. Univairmer compte d’ailleurs convaincre une quinzaine d’agences par an pour qu’elles rejoignent le programme. Salaiin Holidayx a également avancé considérablement en reprenant 11 agences Boiloris ainsi que 11 points de vente de BDiffusion Voyages.

Pour enrichir leur portefeuille, d’autres optent pour la franchise comme Carrefour Voyages et Thomas Cook France. D’ailleurs, Carrefour Voyages semble reprendre son élan s’il a été mal en point ces dernières années. Le réseau compte actuellement 30 agences franchisées et 137 agences intégrées et vise également plus de 300 M€ de volume d’affaires en 2017 s’il n’en a réalisé que 288 M€ en 2016. Tout ceci grâce au renforcement des synergies avec la maison mère ainsi qu’une nouvelle équipe de direction.

mardi 14 novembre 2017

Ventes TourCom Réceptifs : des chiffres en hausse, + 12%

Le traditionnel worksphop de TourCom Réceptifs qui s’est tenu le 25 septembre a été l’occasion pour Richard Vainopoulos, président du réseau, d’entériner le nouveau partenariat avec les agences du Luxembourg et des Pays-Bas, membres rtk International.




TourCom Réceptifs poursuit son développement en Europe. Après un premier partenariat avec les agences belges adhérentes d’Avitour, le réseau accueille de nouveaux membres au Luxembourg et aux Pays-Bas, signe d’une prospérité et attractivité croissantes.


L’an dernier, les ventes de TourCom Réceptifs ont enregistré une hausse de 12%, pour atteindre 46 millions d’euros. Une nette progression s’expliquant par les bons résultats des agences adhérentes notamment sur le marché du voyage sur-mesure. En France, le réseau regroupe 1100 agences de voyages indépendantes. Pour conforter sa croissance, TourCom Réceptifs mise sur quatre leviers.

- Le premier met l’accent sur les 89 réceptifs couvrant aujourd’hui 95% des destinations demandées par les agences. En ce qui concerne les destinations particulièrement étendues, comme les Etats-Unis, plusieurs autres réceptifs sont mis à contribution.



- Second levier : une équipe dédiée au sur-mesure est chargée d’assister et de conseiller les agences pour établir des devis, faciliter les relations avec les réceptifs ou encore proposer des billets aériens à tarif préférentiel. Le marché du sur mesure représente l’avenir des agences de voyage. À cet effet, TourCom réceptifs entend tout mettre en œuvre pour renforcer les relations avec les réceptifs, dont l’activité pèse plusieurs dizaines de millions d’euros.

- Troisième levier : les paiements sur tous les fournisseurs référencés sont garantis par la centrale de paiement du réseau, celle-ci offre par ailleurs un service de devises permettant aux agences de se prémunir contre les éventuelles fluctuations de la monnaie du pays réceptif entre le moment de la réservation du client et celui du paiement de la facture.

- Quatrième levier : TourCom Réceptifs s’adresse aujourd’hui aux agences du réseau, mais aussi à celles basées dans d’autres pays européens (agences belges adhérentes d’Avitour, ainsi que luxembourgeoises et néerlandaises de rtk International). En 2014, TourCom avait conclu un accord global avec RTK permettant aux agences frontalières TourCom d’avoir accès aux avantages des fournisseurs allemands et réciproquement.


Si on y ajoute les agences de voyages de réseaux intégrés ou franchisés ayant récemment rejoint TourCom, la commercialisation pourrait bientôt être assurée par 2000 points de vente dans au moins sept pays européens « et conférer à TourCom Réceptifs une puissance de négociation dans le domaine du sur-mesure sans équivalent en Europe », conclut le réseau.

mercredi 4 octobre 2017

Le transport aérien de voyages en groupe, un secteur délicat

S’il est plus ou moins facile selon les saisons de réserver des places d’avion pour des personnes qui voyagent seules ou en petit groupe, déplacer des groupes de plus de 50 personnes est nettement plus compliqué. L’organisateur devra considérer plusieurs éléments pour assurer la réussite du voyage.


Limiter les risques de litiges


Les éléments à prendre en compte pour parfaire la planification des déplacements en avion de nombreuses personnes en groupe sont entre autres : le nombre de participants au voyage, le pays de départ et la destination, les dates de départ et d’arrivée ainsi que le motif du voyage et le budget qui y est alloué. C’est en fonction de ces critères que les différents partenaires devront être sélectionnés. Les conditions qui régissent la collaboration doivent également être bien définies et négociées pour éviter les problèmes ultérieurs.



Les organisateurs de voyages de groupe doivent prendre des précautions pour optimiser la réussite de leur tâche et limiter les soucis avec les clients voyageurs. Le choix des prestataires avec lesquels il devra collaborer devra être réalisé avec le plus grand soin notamment celui des compagnies aériennes, des brokers et des autocaristes. En effet, comme le souligne Richard Vainopoulos, le président de TourCom, en cas de litiges, « La loi est très claire : le vendeur du voyage est responsable ».


Parfaire les réservations des places


Il est fréquent que les grandes compagnies aériennes nationales refusent d’octroyer des places pour les voyages de groupe de plus de 40 personnes, l’opération n’étant pas très rentable pour elles. Il est alors préférable de miser sur les petites compagnies comme Air Azur qui accepte les groupes comprenant jusqu’à une centaine de personnes, et Transavia qui se dit prêt à accueillir les groupes qui pourraient remplir toutes les places de leurs appareils, soit 188 personnes.



En ce qui concerne les réservations ponctuelles, il est conseillé de bien négocier les conditions relatives aux délais de rétrocession en cas de places réservées en trop d’une part, et les conditions relatives aux annulations d’autre part. Ici aussi, les négociations seront plus faciles et permettront de bénéficier des meilleurs avantages si l’on sait choisir les bonnes compagnies aériennes. Faire partie d’un réseau d’agences de voyages ou de groupistes constituera un atout majeur.


vendredi 8 septembre 2017

« No tinc por ! » : quand l’Espagne se dresse fièrement contre le terrorisme

Le lendemain du double attentat de Barcelone, quelque 100 000 personnes sont venues se recueillir sur la place Catalogne pour rendre hommage aux victimes et se dresser face au terrorisme en criant « No tinc por », un message d’unité contre ce fléau.


Un moment d’émotion intense

Une centaine de milliers de personnes, toutes nationalités et religions confondues, a rejoint la place Catalogne attenante à La Rambla le vendredi qui a suivi les attentats de Barcelone et de Cambrils. Le roi Felipe, le chef du gouvernement, Mariano Rajoy, ainsi que le président de la région catalane, Carles Puigdemont ont également été vus lors de ce rassemblement.

Après quelques minutes de silence, un tonnerre d’applaudissements et un cri « No tinc por ! » se firent entendre. « No tinc por » en catalan, en français « Je n’ai pas peur », représente désormais un message d’unité contre le terrorisme.

 

Les effets de l’attentat sur le secteur du tourisme

Contrairement à ce qu’on pouvait s’attendre au lendemain des événements, peu de touristes ont quitté l’Espagne. La plupart ont préféré finir leur séjour non sans quelques inquiétudes ; ils ont quand même pris leurs précautions. Par ailleurs, les annulations pour la destination Espagne auprès des professionnels n’ont pas non plus été nombreuses.

Selon Richard Vainopoulos, le président du réseau TourCom, les touristes seraient fatalistes étant donné que plus aucun pays ne semble être à l’abri d’une attaque terroriste. Malgré les risques, cela ne les empêche pas de faire des projets de vacances.

 

Un taux de fréquentation sans égal au lendemain des attentats

De nouveau ouverte au public le vendredi suivant les attentats, La Rambla fut loin d’être boudée par la foule. La présence de nombreux policiers sur place a rassuré les promeneurs et touristes. Beaucoup d’entre eux sont par ailleurs venus sur les lieux des attaques, notamment à Cambrils, pour y déposer des fleurs, des petits messages de compassion et des cierges. « No tinc por ! » et la vie qui a rapidement repris son cours malgré la tristesse et le choc semble être un pied de nez au terrorisme.

lundi 7 août 2017

La carte virtuelle : une garantie pour les entreprises utilisatrices et pour les agences de voyages

IATA offre actuellement aux agences de voyages l'avantage de raccourcir les délais de paiement de leurs clients entreprises, et ce, dans le monde entier. En effet, si auparavant, elles procédaient aux opérations de recouvrement sous 30 à 90 jours, ces délais sont réduits à une périodicité pouvant être mensuelle, sous quinze jours, voire même quotidienne !



Le paiement par carte virtuelle a été négocié par TourCom avec la BNP pour aider les agences de voyages. Grâce à cette carte virtuelle, ces dernières peuvent bénéficier de différents avantages notamment la sécurité de paiement, la réduction des obligations vis-à-vis du BSP-IATA, une trésorerie assurée, la réduction des cautions bancaires et les remises en fin d'année.


Ce type de paiement est déjà utilisé par les agences qui gèrent les ministères et les grands comptes privés. Cette procédure, plus claire, a été acceptée par les agences bien qu'elles aient eu peur que le paiement des frais d'agence soit refusé par les entreprises lors du passage à la commission zéro.


Les agences sont assurées d'être payées sans attendre grâce à la carte virtuelle. Cette technologie permet également aux clients d'avoir une garantie de la santé financière de l'agence. Pour les agences de voyages, c’est une opportunité d’indépendance à saisir face aux organismes comme IATA afin de ne pas se retrouver en difficulté, en raison des différentes cautions financières les empêchant d’exercer leurs professions en tant qu’agents de voyages, et de consacrer leurs compétences au bénéfice de leurs clients.


À propos de TourCom


Son fondateur Richard Vainopoulos préside TourCom depuis sa création en 1990.


TourCom est l’un des pionniers dans le domaine des agences de voyages et fait également partie des principaux acteurs du tourisme et du business travel. Avec ses 1000 points de vente, son volume d’affaires global atteint près de 2,5 Mds €, dont 65 % en business travel.



L’association de TourCom avec AERTICKET AG, revendeur allemand de billets d’avion très reconnu, a permis de créer COCKPIT-AERTICKET France. Les professionnels du tourisme français peuvent bénéficier des billets d’avion à prix avantageux que leur propose COCKPIT-AERTICKET France.

mercredi 12 juillet 2017

Les alliances européennes, l’avenir et la prospérité de la distribution

Pendant l’Assemblée générale de TourCom, Richard Vainopoulos a rappelé l’importance qu’il accorde au partenariat avec le groupe belge Avitour et la compagnie allemande RTK, favorable à la création de nouveaux produits. Ces alliances contribuent aussi à renforcer la puissance de négociation du réseau.



Il faut savoir que les tendances évoluent et les éléments qui faisaient la force d’un réseau hier ne sont plus les mêmes qu’aujourd’hui. Richard Vainopoulos a déclaré que la donne a changé. Le fondateur de TouCom a expliqué qu’il est toujours indispensable d’avoir une taille critique et une couverture nationale minimale, mais ce ne serait plus suffisant.


Lorsqu’un certain seuil est dépassé, il n’est plus possible d’obtenir de meilleures conditions auprès des Tours opérateurs et des compagnies aériennes avec un nombre de points de vente et des partenariats franco-français. Face à la prédominance des fournisseurs qui ont développé des activités à l’international, il est primordial pour les réseaux de mettre en place une couverture internationale en créant des alliances européennes qui devraient mener sur des opérations communes et plus concrètes.


La première sur le marché européen grâce à un partenariat belge et allemand


TourCom a réussi son pari en s’alliant à Avitour en Belgique et à RTK en Allemagne : le groupement est devenu le 1er réseau européen. Grâce à cette alliance, chaque partenaire possède une force de frappe de 5 000 points de vente assurant un volume d’affaires total de 8 milliards d’euros dans 12 pays différents. Il s’agit d’un avantage non négligeable lorsqu’il faut faire face aux pressions de certains partenaires et à la concurrence entre fournisseurs.


Des alliances qui mènent sur des opérations concrètes


Richard Vainopoulos relève également le fait que ces alliances présentent l’avantage de mener sur des opérations concrètes. Actuellement, le réseau belge Avitour génère chez TourComRéceptif près de 4 millions d’euros alors que l’alliance ne fait que commencer. Le partenariat avec RTK International donne aussi des résultats encourageants. En effet, grâce à cette alliance, TourCom a déjà signé un accord avec de nombreux fournisseurs comme le leader des cars « Macron » et Flixbus.


Créé en 2016, COCKPIT-AERTICKET est également né de ce partenariat : il s’agit d’une joint-venture mise en place avec AERTICKET, le leader allemand des consolidateurs aériens, avec 2 milliards d’euros de volume d’affaires par an en vendant plus de 3,5 millions de billets. Ce succès s’explique par des tarifs les plus abordables comparés à 170 compagnies aériennes. Cette réussite devrait inspirer positivement l’équipe du réseau TourCom dirigée par Richard Vainopoulos.


mardi 23 mai 2017

Agent de voyages, arrêtons de dévaloriser notre métier, par Richard Vainopoulos

Richard Vainopoulos, fondateur et président de TourCom, a profité de son interview sur l’Écho Touristique pour parler de l’activité réceptive du réseau et pour égratigner au passage les agences de voyages pratiquant des prix dérisoires qui, selon lui, contribuent à dévaloriser la profession.


Face à la concurrence d’internet, allez-vous riposter avec un nouveau concept d’agence, comme c’est le cas chez d’autres réseaux, y compris volontaires ?


Il est bon de rappeler que l’accueil du client, la disponibilité du vendeur et sa capacité à satisfaire les exigences du consommateur restent la pierre angulaire du concept d’une agence. De ce fait, chez TourCom, certaines agences reçoivent directement le client en magasin. D’autres font preuve d’imagination et ont l’idée de proposer de la vente à domicile. Quel soit le canal de distribution choisi, la priorité doit être donnée à la qualité de service.

Vous proposez du réceptif depuis quelques années, pensez-vous avoir atteint vos objectifs sur ce segment ?


Depuis le lancement de notre offre réceptive, nous restons sur une bonne dynamique avec une croissance des ventes de l’ordre 7 %, pour un volume d’affaires estimé à une quarantaine de millions d’euros. Ce segment pèse désormais environ 10 % de notre activité loisirs. Sans vouloir paraître prétentieux, nous pouvons dire que nous sommes le numéro aujourd’hui sur ce créneau. Nous nous distinguons par une maîtrise totale du produit et proposons un accompagnement adapté à chacun de nos adhérents, que ce soit pour des opérations aussi basiques que le montage de devis, les traductions ou les achats de devises et nous négocions même les prix des billets à la place de nos agences.

Quoi qu’il en soit, nous sommes encore loin d’atteindre notre vitesse de croisière de 100 millions d’euros. La plupart de nos adhérents sont encore hésitants à se lancer sur ce segment, mais nous sommes patients.

Quelle attitude doit avoir aujourd’hui l’agent de voyages ?


Avec l’avènement de l’Internet, les plateformes en ligne qui proposent des services très abordables, voire low cost, ont fait florès sur le web. Sous l’effet de la concurrence de ces nouveaux acteurs, certaines agences se sont mises à brader leur prix. Il est grand temps d’arrêter de dévaloriser notre métier. En France, parler d’argent est parfois mal vu, et c’est vraiment regrettable. Et pourtant, les agents de voyages ne doivent plus hésiter à pratiquer un juste prix pour leurs services.